Armin Berg
Lieder von 1931 bis 1937
Preiser PR90414

1999
Karl Inwald (piano)
Carl Breyer (piano) *
Oscar Straus Abbau von Österreich 03:16
Werau So dreht sich alles auf der Welt 03:17
Werau Sparsam muß man sein 02:45
Otto Reutter Der gewissenhafte Maurer 03:18
Armin Berg Mir ist schon alles ganz egal 03:15
Otto Reutter Der verhängnisvolle Kragenknopf 02:39
Otto Reutter Nehm'n Sie 'n Alten 03:06
Armin Berg Ich glaub' ich bin nicht ganz normal 03:15
Louis Taufstein Neue Trommelverse 02:55
Werau Da kann man seh'n, wie heut' die Frauen sind 03:11
Inwald Der Zigarettenautomat 03:08
Inwald Das Defizit der Bundesbahn 03:03
Hans Lang Der billige Verkauf * 02:49
F. E. Klein Ich möcht' so gern ein Hahn sein * 03:37
Hans Lang Der Zwillingsbruder * 02:45
Carl Breyer Lebensphilosophie * 03:33
Adolf Kmoch Antiquitätenhändler * 03:11
Otto Reutter Man wird ja so bescheiden * 03:34
     
FRANZ EUGEN KLEIN 29.4.1912, Vienne - 20(?).10.1944, Auschwitz.
Compositeur, Chef d'orchestre et Pianiste, il collabore avec Fritz Spielmann au cabaret de Stella Kadmons "Der Liebe Augustin" depuis son ouverture (1931) jusqu'en 1938 comme le compositeur et chef d'orchestre. Il y est célèbre pour ses parodies musicales. Il dirige également au théâtre Josefstadt, au théâtre Kammerspielen et au Volksoper. Il est déporté, avec sa femme Susanne, au camp de Theresienstadt en octobre 1942. Il participe avec d'autres compositeurs tels que Viktor Ullmann ou Gideon Klein, à l' organisation des loisirs musicaux. Avec Rafael Schächter qui avait constitué un ensemble tchèque d'opéra, il forme un petit ensemble allemand, avec lequel il donne "Rigoletto", "Tosca" et "Carmen". Son opéra "Der gläserne Berg", composé en 1943/44 et très inspiré par Alban Berg n' été joué qu'une seule fois. Les partitions et le livret ont été presque entièrement perdus. Le librettiste est inconnu. Il a été déporté à Auschwitz le 16.10.1944, où il sera bientôt assassiné.
     

LOUIS TAUFSTEIN 3.2.1870, Vienne - 20.9.1942, Theresienstadt.
Ecrivain, librettiste et compositeur, il écrit avec Josef Armin et Adolf Glinger pour le "Budapester Orpheums". Les textes pour Heinrich Eisenbach et Josef Armin comme "Ich glaub‘, ich bin nicht ganz normal", "Wenn ein Fräulein..." et "Weil’s finster war" sont parmi les plus réussis. De nombreux chanteurs de cabaret tels que Hugo Moedlinger et Josef Fleischmann ont chanté ses chansons. Sur les grandes scènes de Vienne, de Berlin, de Leipzig et de Dresde, ses opérettes sont devenues très célèbres :"Das Marktkind" (en 1903, musique de Stoll) "Das Schwalberl aus dem Wiener Wald " (en 1906, musique de Sommer d'après des mélodies de Johann Strauß), "Im Schlafcoupé" (en 1911, musique M. Knopf) ou "Der fidele Geiger" (en 1919, musique d'Edmund Eysler). Dans les années vingt, il écrit des textes de cabaret pour les revues Berlinoises de Rudolf Nelson.