Jozef Kropinski (1913-1970)
Jozef Kropinski nait le 28.12.1913 à Berlin. Il accomplit ses études musicales prés de Bydgoszcz (Pologne)
Le 7.5.1940, il est arrêté pour avoir publié un journal clandestin, et déporté à Auschwitz, puis en 1945 à Buchenwald
Là il rencontre Bruno Apitz et Kazimierz Wojtowicz. (35 chansons et 52 poèmes)
Il écrit environ 300 Lieder, quatuors, pièces pour piano et orchestre, etc. (117 songs)
Après la Guerre il se fixe à Breslau (Wrocław). Frappé d'infarctus en 1966, il y meurt le 8.10.1970. Sa musique est presque oubliée; toutefois quelques unes de ses pièces ont été publiées en 1962 par l' "Akademie der Künst" de Berlin et insérées dans le film KZ-Songs d'Erwin Leiser.(*16.03.1923, Berlin - †22.08.1996, Zürich)
 
Barbara Milewski (Swarthmore College): "More Music for the Kinohalle! Jozef Kropinski's Compositions from Buchenwald Concentration Camp" Former Polish political prisoner Jozef Kropinski was one of the most prolific composers in the Nazi concentration camps. From the time of his transport to Buchenwald from Auschwitz in March 1943, until his last days there before liberation in April 1945, Kropinski - a violinist, music teacher, and choral conductor before Wolrd War Two - composed some 500 works in a range of musical genres and styles. Most of these were intended for performances staged by camp inmates in 1944 in the Kinohalle (the camp cinema) with approval from the SS command. A smaller number of Kropinski's compositions were designed only for the delectation of his closest friends and shared clandestinely in the barracks. Approximately 120 of these compositions were smuggled out of the camp and eventually made their way to various archives in Poland, Germany and the U.S. after the war. Yet despite the value of these works to an understanding of 20th-century Polish musical culture, Kropinski and his music remain virtually unknown to scholars today. This paper will bring to light a selection of Kropinski's compositions and explore the nature of their genesis, style and performance. I will consider the conditions that fostered Kropinski's astonishing creativity in Buchenwald, and his subsequent total withdrawal from musical composition after the War. I will also briefly compare Kropinski's musical activities to those of other prisoners in the Nazi camp system who turned to music as a form of psychological escape and survival.

More Music for the Kinohalle!
By Barbara Milewski

Józef Kropiński's Compositions in the Buchenwald Concentration Camp
http://orelfoundation.org/index.php/journal/journalArticle/more_music_for_the_kinohalle/

 

In a 1945 publication titled "The Nazi Kultur in Poland," written in Warsaw under the German Occupation and published in London for the Polish Ministry of Information, the following summary assessment is given of the state of music in Poland at the height of the war:

Despite such difficult conditions of life, despite imposed limitations, persecutions, arrests, man-hunts and deportations to concentration camps […] music in Poland is not dead. Apart from […] public performances, which are much limited by official vetoes and regulations, many concerts devoted exclusively to Polish music are organized in private houses […]. In spite of the danger involved, they are well attended and steadily increase in number […]. [A]rtists give their services free. Polish composers continue to work and have created various new [compositions] […]. Some of them are already being performed at private concerts. Thus everything possible is being done to preserve musical life in Poland from demoralization and extinction. 1

The author's principal concern here is to demonstrate the extent of Polish resistance in the face of Nazi oppression, especially in Warsaw and other urban centers of occupied Poland. Given the deprivations, chaos and terror that were an everyday part of Polish civilian life during the war, it is indeed difficult to imagine who would risk the consequences of organizing something as seemingly frivolous as concerts of Polish music. Yet as impressive as this effort on behalf of Polish culture may have been, Poles in fact were composing new music and organizing concerts in dramatically more improbable circumstances than the article's author, in Warsaw, could have known about. In the Nazi concentration camps, the same need to preserve their cultural identity motivated Polish prisoners to engage in some of the most remarkable music-making of the World War II period.

Józef Kropiński was among the most prolific composers in the camp system. By narrowly focusing on his activities in Buchenwald, this essay provides not only a glimpse of Polish music during the War, but also a more detailed portrait of music-making within the Nazi camp universe, underscoring the complexity of circumstances that allowed for cultural life to flourish there from the summer of 1943 until the camp's liberation in April 1945.

Józef Kropiński was born in Berlin on December 28, 1913, and moved with his family to Bydgoszcz (formerly Prussian Bromberg) after the First World War. There Kropiński attended a business high school and passed his diploma exam in 1933. Gifted and ambitious, he simultaneously pursued music studies, first at the Leon Jaworski School of Music, then at the Bydgoszcz Music Conservatory, where he studied violin. Kropiński fully participated in the city's fairly sophisticated musical life: he was the organist at his church, gave viola lessons at the Jaworski school and, until 1938, was a member of Jaworski's acclaimed orchestra, which was made up of the school's faculty.

Józef Kropiński (at right) with his siblings Alfons and Sofia

Thanks to the wide range of classical music that he performed in public and the more popular pieces with which he and his brother frequently entertained their family at home, Kropiński amassed an impressive repertoire before his father redirected his professional pursuits in December 1938, encouraging him to take a job in the administration of the Polish-French Railway Society. There, Kropiński worked in the coal division, but, unable to abandon music, in a short time he became the assistant conductor of the newly formed Railway Orchestra as well as the director of the Railway choir, "Haslo." His Railway Society responsibilities as well as his year-long military reserve training ultimately prevented him from graduating from the conservatory before the start of the war.

Like many young Polish patriots determined to do anything to undermine the Nazis, Kropiński aided in the distribution of anti-fascist leaflets after the occupation, and, on May 7, 1940, he was arrested by the Gestapo on conspiracy charges. After a brutal interrogation followed by over a year in prison, he was sent to Auschwitz on November 27, 1941, and registered as a Polish political prisoner, number 23,468. Kropiński was assigned to an Aussenkommando, or outside work detail, which meant all but certain death for prisoners, especially those who arrived at the camp during the harsh winter months. Early in April 1942, he approached the camp orchestra conductor, Franciszek Nierychło, and asked to audition for the orchestra. (According to Kropiński's son, Waldemar, he often spoke of that audition as the hardest exam of his life.) Despite his weakened physical state and injured hands, Kropiński impressed Nierychło enough to be made a first violinist. He was also appointed copyist for the orchestra. Over the following year, he composed seven short songs in folk-like, religious and lyrical styles, in addition to a march. Four of the songs were settings of poems written by fellow inmate Kazimierz Wójtowicz.

On March 10, 1943, Kropiński was transported to Buchenwald along with nearly a thousand other inmates, most of them Polish. At least a dozen of these prisoners were talented and would figure prominently in the cultural life of their new camp. Buchenwald was a markedly different place from Auschwitz. People still died in preposterous numbers as a result of hard labor, hunger and disease, but Polish prisoners who were healthy enough to be able to work and careful enough not to draw attention to themselves could feel they might be spared being killed outright. In part this was because the camp's criminal elite — German prisoners who served as high-ranking Kapos — had been removed from power, leaving the camp in the hands of relatively less brutal German leftists. In addition, the recent German defeat at Stalingrad had caused the SS camp commanders to make better use of their human resources, working the prisoners to death in armaments factories and stone quarries rather than simply killing them for sport.  2

Perhaps most importantly, there was the International Camp Committee (ICC). 3 The ICC was an illegal prisoner organization formed in the summer of 1943 through an accord among several covert national communist cells already working in the camp.  4  This highly organized, international communist resistance movement performed acts of sabotage in the arms industry, smuggled weapons into the camp, and saved prisoners from imminent death whenever possible. According to some estimates, the ICC may ultimately have saved thousands of lives.

Significantly, the ICC also promoted cultural events at Buchenwald. 5  Such activities were planned in the Abteilung Pathologie, or Pathology Department, which along with the Revier, or camp hospital, served as the ICC's headquarters. Pathology was located in Block 2, an annex to the camp crematorium. There, inmates prepared "specimens" to be used at medical institutions throughout the Reich. 6  The specimens were in fact human skins removed from prisoners' cadavers, preserved in glass containers and neatly arranged on shelves to await shipment. Tatooed dissections were most in demand. When the "specimens" were not directly serving science, they were turned into useful leather sundries such as eyeglass cases, purses and book covers, and they were given as presents to SS officers and visiting Nazi dignitaries. 7 

It was in the Pathology Department, in a tiny six-by-five-foot room, that Kropiński created over a hundred original compositions in a wide range of styles and genres, including songs, marches, characteristic pieces, dances, orchestral and piano works, chamber music, an opera, an operetta and nearly four hundred arrangements of already extant music. He composed only at night and by candlelight, often working into the early hours of the morning. This allowed him to retreat from the realities of camp life and to compose music, uninterrupted, for the numerous concerts planned at the camp. Before Kropiński gained this position within the Pathology Department (it was arranged for him toward the end of 1943 by the communist writer Bruno Apitz), Kropiński had managed to create seven short compositions — songs and dances — like the following little waltz melody without words.


Music Example 1 (mp3)
Walc (played by Mariusz Adamczak)

After Kropiński had been "discovered" by the ICC and had become involved in the organization's cultural undertakings, he achieved the astonishing average of one composition a day until the end of the war. This was accomplished even while Kropiński worked his officially assigned eleven-hour details, first in the Strumfstrickerei (sock-mending unit), then as a gunsmith in the Gustloff Werke munitions factory.

Although almost every national group organized its own illegal literary-artistic "Merry Evenings," which were held in different barracks across the camp (Polish communists apparently organized thirty-eight such gatherings, beginning in 1943), the international Kinohalle concerts were by far the best attended and most prestigious cultural events in Buchenwald. Each nationality had its own performing group for which recruitment was zealous and rehearsals serious. As Józef Pribula characterized it in his camp memoir:

People who were hungry, beaten, overworked and maltreated started to organize themselves, searching for talent, artists. They started to think, plan things, to organize equipment, costumes […]. Practices were held in the recesses of warehouses, shacks and sheds, lavatories, washrooms. In time, the barracks concerts were moved to the movie theater, which was empty for some time. I talk here of a "movie theater," but in reality this was a large wooden shack, in which prisoners were once shown films on fascist themes and ideology. A podium was built in this "theater" without the permission of the SS, and efforts were made to have a curtain and lighting. 8

Example   Example
Kinohalle interior image   Kinohalle exterior image
Photos of the exterior and interior of the barrack.

 The first Kinohalle concert was held on August 1, 1943, with an all-classical music program, and between then and the spring of 1945 at least twenty-seven Kinohalle concerts were eventually organized with permission from the camp command. Most were held on Sundays, after evening roll call. At least eight complete programs for these concerts survive.

Kropiński's value to the so-called "Polish Theater," the group of amateur and professional Polish performers, as well as to the Kinohalle concerts more generally, cannot be overestimated. As camp poet Edmund Polak tells us:

The soul of these performances was the talented composer and violin soloist Józef Kropiński, the creator of musical scores for skits, arrangements of Polish music, as well as the author of dozens of original and pseudo-folk compositions. [He was also] a tireless reconstructor of classical works both light and serious.  9

The atmosphere among the performing inmates was collegial, intimate and supportive. The Lwów ballet master Władysław Targalski provided choreography, with help from the Soviet POW and one-time clown and juggler Jakov Nikiforov, allegedly a member of the famous Brothers Nikitin circus (memorialized in Bulgakov's Heart of a Dog). Pribula and Czesław Ostańkowicz lent their talent as theater directors; Edmund Polak and the Czech prisoner Zdenĕk Dlouhý wrote scripts. Józef Kropiński, Kazimierz Tymiński, and Zdenĕk Hradec took turns conducting, while Bruno Apitz, an actor by profession, provided brilliant monologues and served as make-up artist. (This is, of course, only a very partial list.)

The Kinohalle concert programs were arranged to feature as many national groups as possible, but Germans, Czechs, Poles and Russians tended to dominate. By the end of January 1944, the ICC had taken over the organization of the concerts in order to ensure that themes of solidarity were regularly a part of the programs and that they were easily understandable through music, gesture, mime, and clear-cut character types.

To give a sense of what these concerts were like, here is the program for Kinohalle concert number 16, held on March 19, 1944, recorded in Kazimierz Tyminski's camp diary, now housed in the Collections of the Auschwitz Museum.

At left are red triangles indicating the status of political prisoner, with letters indicating nationality. Among the offerings that day were: an overture by the camp orchestra; a performance by Russian acrobats; a monologue by Bruno Apitz; old camp songs (likely communist); jazz by the Czech jazz orchestra; "Parodies" by a French group; Czech songs performed by the group "Bohema;" the circus skit "Musik-Exzentrik," featuring Nikiforov and other Soviet POWs; and Kropiński's "grotesque"  march, "O Pepita," performed by the Polish group "The Seven," with interpretive dance by Targalski. Tyminski humorously writes that "O Pepita" was so popular it was subsequently performed "about 8,758 times." 10  Extremely popular, too, was "Kopf hoch," the march from which the program gets its title. With Apitz's multilingual text encouraging comrades to persevere — heads held high — and Kropiński's defiantly jaunty tune, it immediately became a hit and was widely sung among inmates.

 


Music Example 2 (mp3)
Kopf Hoch (played by Mariusz Adamczak)

Example   Example
Valentin Jermakowicz,
Watercolor of Jokov the clown's closing act.
  Dream of Southern Seas watercolor,
camp diary of Kazimierz Tyminski

If pieces such as Kropiński's "O Pepita" and "Kopf hoch" raised prisoners' spirits, it was the skit "Dream of Southern Seas" (also known as "Five from the Albatross") that went down in camp history.  11  It premiered on June 16, 1944 during concert number 19, just before the intermission.

Example
Concert program No. 19

Polak's scenario about a group of carefree mariners who reach a port of call and are loved by the enchanting taverner's daughter before they once again sail off for unknown adventures, borrowed its basic narrative from a 1939 Polish ballad, "Pięciu chłopców z albatrosa" (Five Boys from the Albatross), written by the pop composer known as Ref-Ren and popularized by matinee idol singer Mieczysław Fogg. Polak's truly inspired moment, though, was the belly dance added at the center of the tale that he himself performed. As Polak describes it:

I danced a pseudo-original "wild" dance to the sounds of a tam-tam […]. I made my own costume by hand in the water-supplies barrack and smuggled it myself into the camp along with a black wig I had made from dyed hemp "organized" from the warehouse. This was serious sabotage against the military of the Third Reich. Maybe thanks to this I helped by a fraction of a second to speed up the end of the war. I danced in a shredded rag painted with colored spots and a special supplement of asbestos insulation that helped take care of the anatomical deficiencies of the top part of my torso. My rather prominent un-Hawaiian nose was "flattened" in a special way by Bruno Apitz…  12

For some of the music for Polak's scenario Kropiński also borrowed from the Ref-Ren ballad — as well as from a 19th-century Polish sailors' song, "Choć burza huczy wkoło nas" (Though the storm roars around us) — but for this "Hawaiian" dance he composed his own orchestral work titled "Utwor characterystyczny" (Character piece).

 

Musical Example 3 (mp3)
Piano reduction of the work (performed by Mariusz Adamczak)

Leaving aside for the moment the work's perhaps problematic juxtaposition of stereortypical Western musical folk tropes — static harmony and rhythmic ostinato in the bass, repeating melodic fragments — with the image of a Polynesian belly dancer in drag, we have here a rather fine piece of popular musical exoticism, which Kropiński turned out in just over an hour.

"Dream of Southern Seas" was a huge success, affording Polak the opportunity to wear a rag skirt, wig and hazardous-if-inhaled brassiere five more times before the end of the war. One can understand why. With its rhymed verses describing open seas and distant, exotic lands, the skit's message was unequivically one of freedom. Polak writes:

Our reward was the joy of the prisoners, the smiles on their emaciated faces, their gratefulness to us for allowing them, for several minutes, to escape from reality, to sail off with the crew of the Polish ship to a fabulous Hawaiian island, to dream of hot maritime love, to forget about hunger, exhaustion, fleas.  13

During this busiest season of cultural offerings at Buchenwald, the camp faced its most hideous overcrowding as other camps further east were evacuated to the west. Buchenwald's inmates experienced illness and a hunger that was new to even the most seasoned of prisoners. Yet a network of well-placed inmates safe-guarded at their own peril the lives of talented, generous-spirited men like Kropiński, to ensure their continued artistic creativity. As strange as it may sound, circumstances at that particular moment in time had created a perfect convergence, an "ideal" setting in which inmates readily found opportunities to create deep bonds of friendship and trust.

Kropiński was evacuated from Buchenwald on April 10, 1945, and endured a so-called "death march" before being liberated by US Armed Forces on April 24. Abandoning the camp, he took with him his violin and as many compositions as he could. By his own tally (made eight months before his death, in 1970) he returned to Bydgoszcz having salvaged 117 original compositions. The scores to his opera and several other compositions were sacrificed along the way, to build a fire to keep fellow prisoners warm.

After the war, Kropiński never composed again. In part this was because he could not secure a professional music post without a conservatory diploma. Moreover, four years in the camps brought on premature heart disease and a nervous disorder that prevented him from finishing his studies while supporting a new family. Waldemar, his son, believes he had given so entirely of his creative energies in the camp that their was nothing left. But it is also possible that Kropiński felt his music simply could not be as essential as it had been in the camp. There was no longer a need to mobilize people to work together with such solidarity, no more need to lift people's spirits and to save one's own life with music. For Kropiński, the battle of Polish culture against its Nazi oppressors had already been won.

Article posted March 2012 By Barbara Milewski
All rights reserved.

Barbara Milewski is Associate Professor of Music at Swarthmore College. She earned a PhD in Musicology from Princeton University. Her research focuses on 19th- and 20th-century Polish musical nationalism, and music of the Nazi camps, and has been generously supported by fellowships and prizes awarded by the Fulbright Program, American Musicological Society, USHMM, U.S. Department of Defense, Polish Institute of Arts and Sciences of America, and Kosciuszko Foundation. In 2008, along with colleague, Bret Werb, she produced the compact disc recording, Aleksander Kulisiewicz Ballads and Broadsides: Songs from Sachsenhausen Concentration Camp 1940-1945. She is presently writing a book that explores the musical-poetic activities of prisoners in Birkenau, Sachsenhausen and Buchenwald.

 ____________________________

  •   1. The Nazi Kultur in Poland, by several authors of necessity temporarily anonymous (London: for the Polish Ministry of information by H.M. Stationery Office, 1945), p. 206.

  •   2. See, for example, Edward Stankiewicz's account in My War: Memoir of a Young Jewish Poet (Syracuse, New York: Syracuse University Press, 2002) pp. 81-2; Kazimierz Tymiński, To Calm My Dreams: Surviving Auschwitz (Sydney: New Holland Publishers, 2011) pp. 125-6; Wacław Czarniecki and Zygmunt Zonik, Walczący obóz Buchenwald (Warszawa: Książka i Wiedza, 1969) pp. 144-56, 197-208.

  •   3. In Polish: Międzynarodowy Komitet Obozowy, or MKO by its acronym. In German: Internationales Lagerkomitee Buchenwald.

  •   4. Twelve countries in all were represented by the ICC. Among the first nationalities to join were Germans, Austrians, Soviets, Czechoslovakians and French. Members of the Covert Polish Workers' Party (PPR) joined the ICC in the fall of 1943; by year's end Italy, Yugoslavia, Spain, Belgium, Netherlands, and Luxembourg were represented. Significantly, Jewish prisoners were also active in the International Camp Committee. See Edmund Polak, Morituri (Warszawa: Czytelnik, 1968), p. 78.

  •   5. By some accounts, the organization's cultural work served as a smoke-screen, a cover for the committee's more conspiratorial activities of aiding prisoners and sabotaging armaments production. See Józef Pribula, Tylko raz w życiu (Ostrava: Profil, 1983) p. 170.

  •   6. Polak names the SS Medical Academy in Graz and the Hygiene Institut der Waffen SS in Berlin. See Mortituri, p. 25.

  •   7. Polak, Morituri, p. 24-25.

  •   8. Pribula, Tylko raz w życiu, p. 172. See also Czesław Ostakowicz's "History of the Creation of the Buchenwald Theater" entry at the end of Tymiński's diary, pp. 282-91, Diary of Kazimierz Tymiński, Auschwitz Museum Collection. In order to keep up camp morale, the SS, among other initiatives, opened a Kinohalle where, in truth, only Nazi propoganda films could be viewed at an exorbitant cost. There was an admission charge of 30 pfennings, later reduced to 20 pfennings; prisoners could receive money from relatives outside the camp or earn money by working in the camp.

  •   9. Polak, Morituri, p. 181.

  • 10. Tymiński camp diary, program on p. 80; Note concerning "O Pepita" on p. 81. The artist is unkown but the Auschwitz Collections catalogue attributes it to an unidentified Czech prisoner.

  • 11. Pribula, Tylko raz w życiu, p. 173; Polak, Morituri, pp. 181-2; See also Stankiewicz, My War, pp. 138-9.

  • 12. Polak, Morituri, pp. 181-2.

  • 13. Polak, Morituri, p. 183.

  •  


    Plus de musique pour le Kinohalle !
    Par Barbara Milewski

    Compositions de Józef Kropiński dans le Camp de Concentration de Buchenwald
    Dans une publication de 1945 intitulée « The Nazi Kultur en Pologne, » écrit à Varsovie sous l'Occupation allemande et publié à Londres pour le ministère polonais de l'Information, l'évaluation Sommaire suivante est donnée de l'état de la musique en Pologne à l'apogée de la guerre :
    Malgré ces conditions difficiles de la vie, malgré les limites imposées, les persécutions, les arrestations, homme-chasses et les déportations vers les camps de concentration […] la musique en Pologne n'est pas mort. En dehors de […] les représentations publiques, qui sont beaucoup limitées par les vetos officiels et règlement, nombreux concerts consacrés exclusivement à la musique polonaise sont organisées dans des maisons privées […]. En dépit du danger impliqué, ils sont très populaires et augmentent constamment en nombre […]. [Rtists À] donner leurs services gratuitement. Compositeurs polonais continuent à travailler et ont créé des nouvelles diverses [compositions] […]. Certains d'entre eux sont déjà effectuées lors de concerts privés. Donc tout est fait pour préserver la vie musicale en Pologne de démoralisation et d'extinction. 1
    Principale préoccupation l'auteur ici est de montrer l'étendue de la résistance polonaise face à l'oppression nazie, surtout à Varsovie et d'autres centres urbains de la Pologne occupée. Étant donné les privations, le chaos et la terreur qui faisaient partie tous les jours de la vie de civile polonaise pendant la guerre, il est en effet difficile d'imaginer qui risquerait des conséquences d'organiser quelque chose de frivole en apparence que des concerts de musique polonaise. Pourtant aussi impressionnant que cet effort au nom de la culture polonaise aurait pu, en fait polonais ont été composer de la musique nouvelle et organisateurs de concerts dans des circonstances beaucoup plus improbables que l'auteur de l'article, à Varsovie, pouvaient connaître. Dans les camps de concentration nazis, le même besoin de préserver leur identité culturelle motivé prisonniers polonais à se livrer à de la musique-fabrication plus remarquable de la période de la seconde guerre mondiale.
    Józef Kropiński était parmi les compositeurs les plus prolifiques dans le système de camp. En étroite mettant l'accent sur ses activités à Buchenwald, cet essai fournit non seulement un aperçu de la musique polonaise pendant la guerre, mais aussi un portrait plus détaillé de la musique-fabrication au sein de l'univers de camp Nazi, soulignant la complexité de la situation qui a permis à la vie culturelle à fleurir il y de l'été 1943 jusqu'à la libération du camp en avril 1945.

    Józef Kropiński était né à Berlin le 28 décembre 1913 et s'installe avec sa famille à Bydgoszcz (anciennement prussienne Bromberg) après la première guerre mondiale. Il Kropiński à une entreprise high school et réussi son examen de diplôme en 1933. Doué et ambitieux, il poursuit en même temps des études de musique, d'abord à la Leon Jaworski School of Music, puis au Conservatoire de musique de Bydgoszcz, où il étudie le violon. Kropiński a participé pleinement à la vie musicale assez sophistiquée de la ville : il était organiste à son église, donna des leçons de l'alto à l'école de Jaworski et, jusqu'en 1938, était un membre de l'orchestre acclamé de Jaworski, qui était composé de professeurs de l'école.

    Józef Kropiński (à droite) avec ses frères et sœurs, Alfons et Sofia
    Grâce à la large gamme de musique classique qu'il a joué dans le public et les morceaux de plus en plus populaires avec laquelle lui et son frère ont diverti fréquemment leur famille à la maison, Kropiński amassé un répertoire impressionnant avant que son père a redirigé ses activités professionnelles en décembre 1938, l'encourageant à prendre un emploi dans l'administration de la société de chemins de fer polonais-français. Kropiński a travaillé dans la division de charbon, mais, incapables de renoncer à la musique, en peu de temps, il devient le chef d'orchestre assistant de l'orchestre nouvellement formé de chemin de fer ainsi que le directeur de la chorale du chemin de fer, « Haslo. » Ses responsabilités de la société de chemin de fer ainsi que sa formation de la réserve militaire de l'année-long finalement empêché de diplômé au Conservatoire avant le début de la guerre.
    Comme beaucoup de jeunes patriotes polonais déterminé à faire n'importe quoi pour saper les Nazis, a aidé à la distribution de tracts antifascistes après l'occupation, des Kropiński et, le 7 mai 1940, il est arrêté par la Gestapo sous l'inculpation de complot. Après un interrogatoire brutal suivi par plus d'un an de prison, il a été envoyé à Auschwitz, le 27 novembre 1941 et enregistré comme un prisonnier politique polonais, numéro 23 468. Kropiński a été attribué à un Aussenkommando, ou à l'extérieur du travail en détail, qui signifiait la mort de tous mais certain prisonniers, particulièrement ceux qui sont arrivés au camp pendant les mois d'hiver rigoureux. Au début en avril 1942, il s'est approché de l'orchestre camp, Franciszek Nierychło et a demandé à auditionner pour l'orchestre. (Selon le fils de Kropiński, Waldemar, il parle souvent de cette audition que l'examen plus difficile de sa vie.) Malgré son état physique affaibli et mains blessées, Kropiński impressionné Nierychło assez à faire un premier violon. Il est également nommé copiste pour l'orchestre.
    L'année suivante, il a composé sept chansons courtes dans les styles folk-like, religieuses et lyriques, en plus d'une marche. Quatre des chansons étaient des paramètres des poèmes écrits par un codétenu Kazimierz Wójtowicz.
    Le 10 mars 1943, Kropiński a été transporté à Buchenwald avec près de 1 000 autres détenus, la plupart de ces polonais. Au moins une douzaine de ces prisonniers étaient talentueuse et s'occupent une place dans la vie culturelle de leur nouveau camp. Buchenwald était une place sensiblement différente d'Auschwitz. Encore morts en nombre ridicule de travaux forcés, la faim et la maladie, mais les prisonniers polonais qui ont été assez bien pour être capable de travailler et suffisamment attention à ne pas attirer l'attention sur eux pourraient se sentir qu'ils pourraient être épargnés tués carrément. C'est en partie parce que le camp pénal élite — les prisonniers allemands qui a servi de haut rang Kapos — avait été enlevée du pouvoir, laissant le camp entre les mains de gauchistes allemands relativement moins brutales. En outre, la récente défaite allemande à Stalingrad avait causé les commandants de camps SS à faire un meilleur usage de leurs ressources humaines, les prisonniers à la mort dans les usines d'armement et les carrières de Pierre de travail plutôt que de simplement tuer pour le sport. 2
    Peut-être plus important encore, il y avait le Comité de Camp International (CPI). 3 La CPI était une organisation illégale prisonnier formée à l'été 1943 grâce à un accord entre plusieurs cellules communistes nationaux secrètes travaillant déjà dans le camp de. 4 Ce mouvement de résistance communiste internationale, très organisé accompli des actes de sabotage dans l'industrie des armes, la contrebande d'armes dans le camp et sauvé des prisonniers de la mort imminente lorsque cela est possible. Selon certaines estimations, la CPI peut finalement sauvé des milliers de vies.
    Significativement, la CPI a également encouragé les événements culturels à Buchenwald. 5. Ces activités ont été planifiées dans la Pathologie de l'Abteilung ou département de pathologie, qui, avec le Revier, ou l'hôpital du camp, a servi comme siège de la CPI. Pathologie était situé dans le bloc 2, une annexe pour le crématorium du camp. Là, préparés des détenus « spécimens » pour être utilisé dans les établissements médicaux tout au long du Reich. 6 Les spécimens étaient en fait des peaux humaines retiré les cadavres des prisonniers, conservés dans des contenants de verre et soigneusement disposées sur les étagères dans l'attente de la livraison. Les dissections tatouées ont été plus en demande. Lorsque les « spécimens » n'étaient pas directement au service de la science, ils furent transformés en divers cuir utiles comme le cas des lunettes, sacs à main et de couvertures de livres, et ils ont été donnés comme présente aux officiers SS et visite de dignitaires nazis. 7
    C'est dans le département de pathologie, dans une pièce de six par cinq pieds minuscule, qui Kropiński a créé plus d'une centaine de compositions originales dans un large éventail de styles et de genres, y compris des chansons, des marches, pièces caractéristiques, danses, œuvres pour orchestre et piano, musique de chambre, un opéra, une opérette et près de quatre cents accords de musique déjà existante. Il a composé seulement la nuit et à la chandelle, travaillant souvent dans les premières heures du matin. Cela lui permit de se retirer de la réalité de la vie de camp et de composer de la musique, sans interruption, pour les nombreux concerts prévus au camp. Avant de Kropiński a acquis cette position au sein du département de pathologie (il a été arrangé pour lui vers la fin de 1943 par l'écrivain communiste Bruno Apitz), Kropiński avait réussi à créer des compositions courtes sept — chants et danses — comme la mélodie de valse peu suivant sans mots.

    Exemple 1: Walc (joué par Mariusz Adamczak)

    Après que Kropiński avait été « découverte » par la Cour pénale internationale et est devenu impliqué dans les entreprises culturelles de l'organisation, il a atteint la moyenne étonnante d'une composition par jour jusqu'à la fin de la guerre. Cela a été accompli alors même que Kropiński a travaillé ses détails officiellement assignés d'onze heures, tout d'abord dans le Strumfstrickerei (unité de chaussettes-repriser), puis comme un armurier dans l'usine de munitions Gustloff Werke.
    Bien que presque chaque groupe national a organisé sa propre illégale littéraire et artistique « Joyeuses soirées, » qui se sont tenues dans les différentes casernes à travers le camp (les communistes polonais apparemment organisée trente-huit de ces rassemblements, à partir de 1943), les concerts de Kinohalle internationales étaient de loin les mieux fréquentés et le plus prestigieuses des événements culturels à Buchenwald. Chaque nationalité a son propre groupe pour lequel le recrutement était zélé et répétitions graves. Comme Józef Pribula il caractérise dans ses mémoires du camp :
    Ceux qui étaient affamés, battus, surchargé de travail et maltraités commence à organiser eux-mêmes, à la recherche de talents, artistes. Ils ont commencé à penser, plan choses, d'organiser le matériel, costumes […]. Pratiques ont eu lieu dans les interstices des entrepôts, cabanes et abris, toilettes, toilettes. Avec le temps, les concerts de la caserne ont été déplacés à la salle de cinéma, qui était vide depuis un certain temps.
    Je parle ici d'un « cinéma », mais en réalité il s'agissait d'une grande cabane en bois, dans lequel prisonniers ont été une fois montrés des films sur les thèmes de fascistes et de l'idéologie. Un podium a été construit dans ce « théâtre » sans l'autorisation de la SS, et les efforts ont été faits pour avoir un Rideau et l'éclairage. 8

    Image intérieur Kinohalle

    Image extérieure Kinohalle

    Photos de l'extérieur et l'intérieur de la caserne.
    Le premier concert de Kinohalle a eu lieu le 1er août 1943, avec un programme de musique classique pour tous, et entre cette date et au printemps de 1945, au moins vingt-sept Kinohalle concerts ont été organisés finalement avec la permission de la commande du camp. La plupart ont eu lieu le dimanche, après la soirée roll call. Au moins huit programmes complets pour ces concerts de survivre.

    Valeur de Kropiński au soi-disant « théâtre polonais", le groupe d'artistes polonais amateurs et professionnels, ainsi que pour les concerts de Kinohalle plus généralement, ne peut être surestimé. Camp poète Edmund Polak nous dit :
    L'âme de ces représentations est le talentueux compositeur et violoniste soliste Józef Kropiński, le créateur de partitions musicales pour les sketchs, arrangements de musique polonaise, ainsi que l'auteur de dizaines de compositions originales et pseudo-folk. [Il fut aussi] une reconstructor infatigable des œuvres classiques légères et graves. 9
    L'ambiance parmi les détenus de la scène était collégiale, intime et de soutien. Le ballet de Lwów maître Władysław Targalski fourni chorégraphie, avec l'aide des prisonniers de guerre soviétiques et unique clown et jongleur Jakov Nikiforov, aurait été un membre du célèbre cirque frères Nikitine (immortalisé dans le coeur de Boulgakov d'un chien). Pribula et Czesław Ostańkowicz prêtèrent leur talent comme directeurs de théâtre ; Edmund Polak et le tchèque prisonnier Zdenĕk Dlouhý écrivent des scripts. Józef Kropiński, Kazimierz Tymiński et Zdenĕk Hradec dirigent tour à tour, tandis que Bruno Apitz, acteur de profession, fourni des monologues brillants et a servi comme maquilleur. (C'est, bien sûr, seule une liste très partielle.)
    Les programmes de concert de Kinohalle ont été organisées en vedette groupes nationaux autant que possible, mais allemands, tchèques, polonais et russes ont tendance à dominer. À la fin de janvier 1944, la CPI avait repris l'Organisation des concerts afin de s'assurer que les thèmes de la solidarité étaient régulièrement une partie des programmes et qu'ils étaient facilement compréhensibles par les types de caractères précises, mime, musique et geste.
    Pour donner une idée de ce que ces concerts étaient similaires, voici le programme pour nombre de concert Kinohalle 16, tenue le 19 mars 1944, enregistré dans le journal de camp de Kazimierz Tyminski, désormais conservé dans les Collections du Musée d'Auschwitz.
    À gauche sont des triangles rouges indiquant le statut de prisonnier politique, avec des lettres indiquant la nationalité. Parmi les offres de cette journée étaient : une ouverture par l'Orchestre du camp ; un spectacle de saltimbanques russes ; un monologue par Bruno Apitz ; vieilles chansons camps (probablement communiste) ; jazz par l'orchestre de jazz tchèque ; « Parodies » par un groupe de français ; Tchèques chansons interprétées par le groupe « Bohema; » le sketch de cirque « Musik-Exzentrik, » mettant en vedette Nikiforov et autres prisonniers de guerre soviétiques ; et mars « grotesque » de Kropiński, « O Pepita, » interprétée par le groupe polonais « The Seven, » avec une danse d'interprétation par la Targalski. Tyminski écrit avec humour que « O Pepita » a été si populaire, qu'elle fut interprétée par la suite « environ 8 758 fois. » 10 Extrêmement populaire, était aussi « Kopf hoch, » la marche à partir de laquelle le programme obtient son titre. Avec texte multilingue du Apitz, encourageant les camarades de persévérer — chefs lieu élevé — et perdu jaunty tune de Kropiński, elle immédiatement devenue un hit et a été largement chanté parmi les détenus.

    Exemple de musique 2: Kopf hoch (joué par Mariusz Adamczak)

    Kopf Hoch, programme de Concert no 16, le journal de camp de Kazimierz Tyminski

    Image : Aquarelle par Valentin Jermakowicz de la Jokov fermeture du clown agir.
    Si pièces telles que les de Kropiński « O Pepita » et « Kopf hoch » a soulevé les esprits des prisonniers, c'était le sketch « Rêve de mer du Sud » (également connu sous le nom « cinq de l'Albatros ») qui sont tombés dans l'histoire de camp. 11 Il est créée le 16 juin 1944 lors de nombre de concert 19, juste avant l'entracte.
    Image : Programme de Concert no 19

    Rêve de carnet aquarelle, camp de mers du sud de Kazimierz Tyminski

    Scénario de Polak sur un groupe de marins insouciants qui atteignent un port d'escale et sont aimé par la fille de l'enchanteur de taverner avant ils naviguent une fois de plus au large pour aventures inconnues, emprunté à son récit de base d'une ballade polonaise de 1939, « Pięciu chłopców z albatrosa » (cinq garçons de l'Albatros), écrit par le compositeur pop connu comme Ref-Ren et popularisé par le chanteur idole de matinée Mieczysław Fogg. Moment vraiment inspiré du Polak, cependant, se trouvait la danse du ventre ajoutée au Centre de l'histoire qu'il a lui-même effectué. Comme le décrit Polak :
    J'ai dansé une pseudo-original danse « sauvage » aux sons d'un tam-tam […]. J'ai fait mes propres costumes à la main dans les approvisionnements en eau-caserne et clandestinement moi-même dans le camp avec une perruque noire, que j'avais pris de chanvre teint « organisée » de l'entrepôt. Il s'agissait de sabotage grave contre l'armée du troisième Reich. Peut-être grâce à cela j'ai aidé par une fraction de seconde afin d'accélérer la fin de la guerre. J'ai dansé dans un chiffon déchiqueté peint avec des taches colorées et un supplément spécial d'isolation à l'amiante qui a aidé à prendre soin des carences anatomiques de la partie supérieure de mon torse. Mon nez un-Hawaiian plutôt important a été « aplatie » d'une manière spéciale par Bruno Apitz… 12
    Pour certains de la musique de Polak du scénario Kropiński également emprunté à la ballade Ref-Ren — aussi bien que de chanson un marins polonais du XIXe siècle, « Choć burza huczy wkoło nas » (même si la tempête rugit autour de nous) — mais pour cette danse « Hawaïen », il a composé son œuvre orchestrale intitulée « Utwor characterystyczny » (pièce de caractère).

    Musical exemple 3: Réduction pour Piano de l'ouvrage (interprétée par Mariusz Adamczak)

    Laissant de côté pour l'instant juxtaposition peut-être problématique de le œuvre de stereortypical Ouest tropes folkloriques musicales — harmonie statique et ostinato rythmique à la basse, en répétant des fragments mélodiques — avec l'image d'une danseuse de ventre polynésienne à glisser, nous avons ici un morceau plutôt fin d'exotisme musical populaire, ce qui Kropiński s'est avéré un peu plus d'une heure.
    « Rêve des mers du Sud » a été un énorme succès, occasion Polak de porter une jupe de chiffon, la perruque et le soutien-gorge dangereux inhalation cinq fois avant la fin de la guerre. On peut comprendre pourquoi. Avec ses couplets rimés décrivant les mers ouvertes et des terres lointaines, exotiques, message du Sketch était unequivically de liberté. Polak écrit :
    Notre récompense fut la joie des prisonniers, les sourires sur leurs visages émaciés, leur gratitude à nous pour leur permettre, pendant quelques minutes, pour échapper à la réalité, de naviguer au large avec l'équipage du bateau polonais à l'île de Hawaï une fabuleuse, à rêver d'amour maritime chaud, d'oublier la faim, d'épuisement, de puces. 13
    Au cours de cette saison plus achalandée de l'offre culturelle à Buchenwald, le camp face à son encombrement plus hideux comme les autres camps plus est ont été évacués vers l'Ouest. Les détenus de Buchenwald a connu la maladie et une faim qui est nouveau, même le plus chevronné des prisonniers. Encore un réseau des détenus placés safe-gardé à leurs propres risques et périls la vie des hommes de talents et générosité d'esprit, comme Kropiński, afin d'assurer leur créativité artistique continue. Comme l'étrange que cela puisse paraître, à ce moment précis des circonstances avaient créé une convergence parfaite, un « idéal » dans laquelle détenus trouvé facilement des occasions de créer des liens profonds d'amitié et de confiance.
    Kropiński a été évacuée de Buchenwald le 10 avril 1945 et subit ce qu'on appelle une « marche de la mort » avant d'être libérée par Forces armées américaines le 24 avril. Abandonnant le camp, il prit avec lui son violon et compositions autant qu'il le pouvait. Par son propre décompte (fait huit mois avant sa mort, en 1970) il revient à Bydgoszcz ayant récupéré 117 compositions originales. Les notes de son opéra et plusieurs autres compositions ont été sacrifiées sur le chemin, pour construire un feu pour réchauffer les codétenus.
    Après la guerre, Kropiński, jamais composé encore une fois. C'est en partie parce qu'il ne pourrait pas obtenir un poste de professionnel de la musique sans un diplôme de Conservatoire. En outre, quatre ans dans les camps sur les maladies cardiaques prématurées et un trouble nerveux qui empêchait de finir ses études tout en soutenant une nouvelle famille. Waldemar, son fils, estime qu'il avait donnée tout à fait de son énergie créatrice dans le camp qui leur restait rien. Mais il est aussi possible que Kropiński sentir que sa musique tout simplement impossible comme essentiel, comme il l'avait été dans le camp. Il n'était plus nécessaire de mobiliser les gens à travailler avec cette solidarité, plus besoin de lever les esprits du peuple et de sauver sa propre vie avec la musique. Pour Kropiński, la bataille de la culture polonaise contre ses oppresseurs nazis avait déjà été remportée.

    Article publié mars 2012. Tous droits réservés

    Barbara Milewski est professeur agrégé de musique au Swarthmore College. Elle a obtenu un doctorat en musicologie de l'Université de Princeton. Sa recherche se concentre sur le nationalisme musical polonais du XIXe et du XXe siècle et la musique des camps nazis et a été généreusement soutenu par les bourses et prix décernés par le programme Fulbright, American Musicological Society, USHMM, U.S. Department of Defense, de l'Institut polonais des Arts et Sciences de l'Amérique et Fondation Kosciuszko. En 2008, avec Bret Werb, collègue, elle a produit le disque compact, enregistrement, Aleksander Kulisiewicz ballades et dépliants : chansons de Sachsenhausen Concentration Camp 1940-1945. Elle écrit actuellement un livre qui explore les activités musicales-poétique de prisonniers à Birkenau, Sachsenhausen et Buchenwald.

    1. La Kultur de nazis en Pologne, par plusieurs auteurs de nécessité temporairement anonyme (Londres : pour le ministère polonais de l'information par H.M. Stationery Office, 1945), p. 206. ↑

    2. Voir, par exemple, de Edward Stankiewicz compte dans My War : mémoires d'un poète juif Young (Syracuse, New York : Syracuse University Press, 2002) pp. 81-2 ; Kazimierz Tymiński, pour calmer mes rêves : Survivant d'Auschwitz (Sydney : New Holland Publishers, 2011) pp. 125-6 ; Wacław Czarniecki et Zygmunt Zonik, Walczący obóz Buchenwald (Warszawa : Książka je Wiedza, 1969) pp. 144-56, 197-208. ↑

    3. En polonais : Międzynarodowy Komitet Obozowy ou MKO par son acronyme. En allemand : Internationales Lagerkomitee Buchenwald. ↑

    4. Douze pays étaient représentés par la CPI. Parmi les premières nationalités pour rejoindre étaient allemands, les autrichiens, les soviétiques, les tchécoslovaques et les français. Les membres de la partie Covert ouvrier polonais (PPR) s'est joint à la CPI à l'automne 1943 ; en fin d'année Italie, Yougoslavie, Espagne, Belgique, Pays-Bas et le Luxembourg étaient représentés. Significativement, les prisonniers juifs ont été également actifs dans le Comité International de la Camp. Voir Edmund Polak, Morituri (Warszawa : Czytelnik, 1968), p. 78. ↑

    5. Selon certains, l'action culturelle de l'organisation a servi comme un écran de fumée, une couverture pour les activités du Comité plus conspiration d'aider les prisonniers et de saboter la production d'armement. Voir Józef Pribula, raz Tylko w życiu (Ostrava : Profil, 1983) p. 170. ↑

    6. Polak nomme l'Académie médicale de SS à Graz et à l'hygiène Institut der Waffen SS à Berlin. Voir Mortituri, p. 25. ↑

    7. Polak, Morituri, p. 24-25. ↑

    8. Pribula, raz Tylko w życiu, p. 172. Voir aussi l'entrée de « L'histoire de la création de la Buchenwald Theater » de Czesław Ostakowicz à la fin du journal intime de Tymiński, pp. 282-91, Journal de Kazimierz Tymiński, Collection du Musée Auschwitz. Afin de maintenir le moral des camp, les SS, entre autres initiatives, a ouvert une Kinohalle où, en vérité, seul Nazi haineuse films peuvent être considérés à un coût exorbitant. Il y a des frais d'admission de 30 pfennings, réduite plus tard à 20 pfennings ; prisonniers pouvaient recevoir de l'argent de leurs parents à l'extérieur du camp ou gagner de l'argent en travaillant dans le camp. ↑

    9. Polak, Morituri, p. 181. ↑

    10. Tymiński camp Journal, programme sur p. 80 ; Note concernant « O Pepita » p. 81. L'artiste est inconnu, mais le catalogue des Collections d'Auschwitz il attribue à un prisonnier tchèque non identifié. ↑

    11. Pribula, raz Tylko w życiu, p. 173 ; Polak, Morituri, pp. 181-2 ; Voir aussi Stankiewicz, ma guerre, pp. 138-9. ↑

    12. Polak, Morituri, pp. 181-2. ↑


    KZ Musik

     

    CD 1
    Lieder for baritone and piano
     Zlota jesien (Auschwitz II - 4.2.1942)
     Prozno!
     Piesn wspomnienia
    CD 6
    Piano works
     Bez titułu
     Poem (after Poem Z. Fibich’s 5th Symphony)
     Tęsknota



    2 Pieces for violin and piano
     Piesn bes slov, vl/pf 
     Dlaczego?, vl/pf

    CD 8
    (instr. reconstruction by F. Lotoro)

    8 Klavierstücke, piano
     Klavierstück 1
     Klavierstück 2
     Klavierstück 3
     Klavierstück 4
     Klavierstück 5
     Klavierstück 6
     Klavierstück 7
     Klavierstück 8

    3 Tangos, piano
     
    Tango 1
     Tango 2
     Tango 3

    Wesola trojka (3 Mazurkas), piano
     
    Mazurka 1
     Mazurka 2
     Mazurka 3

    CD 9

    Lieder for baritone and piano
     Rezygnacja
     Na śniegu
     Echo Powstania
     O, wiem ja!
     Moja piosenka (W Buchenwaldzie)
     Dzisiaj znowu
     Pieśń więźniów polskich
     Więc uchyl pucharu
     Źyczenie

    Pieces for string quartet
     
    Polka Zygmus
     Mazurek Wojtus
     Mazurek Jurek
     Oberek Kazik
     Źal!
     Tesknota
     Marzenie!
     Andante

           

    CD 11

    Lieder for baritone and string quartet
     Kocham i tęsknię
     Smętna Kolęda

    Lieder for baritone and piano
     Transformatio doloris!, baritone&piano
     Kiedyś byłas przy mnie, baritone&piano
     Exegi Monumentum, baritone&piano
     Jasne sny, baritone&piano
     Majowy sen, baritone&piano
     Naszą będzie ta pierwsza noc, baritone&piano
     Wieczorną godziną, baritone&piano

    Piano works
    (instr. reconstruction by F. Lotoro)
     Noche de Plegaria

    CD 12

    Lied for mixed choir
     Pange Lingua

    CD 16

     Żal Tango, male singer & orchestra

    CD 21

     Premières neiges, piano

     O! Pepita!, male choir

           
    A paraître

    Piano works
     Arizoa
     La Plagaria
     Nie Wiem co sie ze mna Dzieje
     Zawsze I Wszedzie
     Czy to n Dzien
     Majovi Sen
     Transformatis Doloris
     Jasne Sny

    Lied for mixed choir
     
    3 Norwegian Songs

    Lied for male choir and piano
     Maja